Jean Louis Scherrer



Diplômé de la Chambre syndicale de la Haute Couture parisienne, Jean-Louis Scherrer – formé à l’excellence de la couture et de l’élégance toute parisienne par Christian Dior avec qui il collabore quelque temps avant de travailler pour Yves Saint Laurent, puis Louis Féraud – ouvre sa Maison de couture à Paris en 1962. L’élégance de ses créations, ses drapés, ses imprimés constituent la signature d’un grand couturier. En 1971, il inaugure sa boutique au 51 avenue Montaigne. Il reçoit l’appellation « haute couture » puis lance une ligne de prêt-à-porter.

D’une collection à l’autre, les créations Jean-Louis Scherrer sont empreintes de toute une imagerie romantique dont les héroïnes se prêtent au jeu enchanteur d’être, tour à tour, reine de légende, star hollywoodienne ou jeune fille évadée d’un récit de Jean Giraudoux. Parmi tant d’autres, le couturier habille de nombreuses personnalités comme la famille Kennedy, la princesse Paola de Belgique, Madame Giscard d’Estaing, Michèle Morgan, Sophia Loren, Raquel Welch, Isabelle Adjani, Françoise Sagan … À l’adresse prestigieuse de sa boutique parisienne, « tout n’est que fluidité, souplesse et virtuosité, … ».

1979 : le couturier lance son premier parfum féminin, « Jean-Louis Scherrer » – un chypré vert audacieux d’une élégance intemporelle, une fragrance couture par excellence. Viendront ensuite « Scherrer 2 », un grand classique riche, précieux, sophistiqué, ou encore l’envoûtant « Nuits Indiennes », sorti en 1992 alors que Jean-Louis Scherrer venait de quitter son poste de directeur artistique pour sa Maison rachetée par le groupe japonais Seibu. Côté mode, Jean-Louis Scherrer reçoit, en 1980, le Dé d’or de la Haute couture parisienne pour sa collection « Russe », un succès international. D’autre part, la Maison se diversifie avec une ligne de fourrure et différents accessoires (lunettes, chaussures, cravates).

Après le départ de Jean-Louis Scherrer, la Maison confie les collections de prêt-à-porter à Emmanuel Chaussade et la haute couture à Erik Mortensen. Puis c’est Stéphane Rolland – d’abord en charge de toute la création chez Jean-Louis Scherrer – qui prend la relève, accompagné à partir de 2007 par la styliste Bouchra Jarrar nommée pour travailler sur le prêt-à-porter et les accessoires.

Les années 2000 sont synonymes de changement de mains pour la Maison Jean-Louis Scherrer, rachetée en 2002 par le groupe de luxe Alliance Designers dirigé par Alain Duménil. C’est cet homme d’affaires – mêlant au sein de son groupe l’immobilier et des grands noms du luxe – qui décide de fermer la Maison Jean-Louis Scherrer en 2008 (ainsi que la boutique de l’avenue Montaigne), et de conserver seulement les licences. Et ce, à la grande tristesse du couturier.

Mais la marque Jean-Louis Scherrer n’a pas dit son dernier mot. Elle est rachetée en 2011, ainsi que les licences exploitées dans le monde entier hors Chine (sauf la parfumerie), par le groupe familial JSB International qui explique à ce moment avoir l’intention de lui redonner un nouveau souffle et de la développer grâce à de nouvelles licences. En 2013, Jean-Louis Scherrer décède. L’année suivante, la marque inaugure une boutique rue du Faubourg Saint-Honoré (fermée en 2016).

Visuel : Jean-Louis Scherrer

http://www.jean-louis-scherrer.com/fr/

Marque mise à jour le 15 août 2021

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.