Lalique



Très jeune, René Lalique présente de grandes dispositions artistiques. Il apprend le dessin et les techniques de la bijouterie joaillerie, suit les cours de l’École des Arts Décoratifs de Paris et, à 16 ans, entre en apprentissage chez un grand bijoutier joaillier parisien. Amoureux de la nature, il développe un style naturaliste qui marquera ses créations de bijouterie. Avant d’exercer sous son propre nom, René Lalique va dessiner des modèles pour des bijoutiers tels que Boucheron ou Cartier. En 1885, il reprend l’atelier du joaillier Jules Destape, place Gaillon à Paris, et commence à fabriquer ses propres créations.

En 1887, René Lalique s’installe rue du Quatre-Septembre. En 1888, il réalise ses premières parures en or ciselé inspirées de l’antiquité et du japonisme et intègre à ses pièces de nouveaux matériaux brisant les codes joailliers de l’époque. Il met alors la matière au service de ses dessins, mêlant l’or et les pierres précieuses aux pierres ornementales, à la nacre, l’ivoire, la corne ou encore à l’émail et au verre. Le succès est immédiat ! Cette même année, 1888, René Lalique dépose son poinçon ‘RL’ et grave de ces lettres les créations originales réalisées en son nom. La Maison Lalique était née !

En 1890, il ouvre son troisième atelier rue Thérèse à Paris. Ses premières expériences et réalisations dans le domaine du verre datent de cette époque. Lalique en effet utilise l’émail et le verre pour orner ses bijoux au même titre que l’or, l’opale, le diamant, la perle et l’améthyste. Pendant la décennie suivante, il se forge une renommée. Il remporte des concours, expose ses œuvres, crée des bijoux pour de célèbres artistes comme Sarah Bernhardt. Inventeur du bijou moderne, il révolutionne la joaillerie de l’époque et devient le créateur favori des femmes du monde. Admiré par ses confrères, René Lalique voit ses créations demandées de partout et même collectionnées par les plus grandes fortunes. En 1900, il participe à l’Exposition Universelle de Paris. C’est là l’apothéose de sa carrière de bijoutier. La même année, il devient Officier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

Cinq ans plus tard, René Lalique ouvre une boutique sur l’emblématique place Vendôme. Là, il présente ses bijoux mais aussi des objets en verre réalisés dans son atelier installé en 1898 dans sa propriété de Clairefontaine, près de Rambouillet. Le parfumeur François Coty, séduit par ses créations, propose alors à René Lalique de mettre son talent au service de la parfumerie. C’est ainsi que débute leur collaboration en 1907. Ensemble, ils vont révolutionner l’industrie du parfum. Bientôt, d’autres grands parfumeurs tels que Houbigant, Molyneux, Molinard, Worth, … font appel à René Lalique qui finit par se consacrer entièrement au travail du verre industriel (il continuera cependant de créer des bijoux en pâte de verre). Artisan et véritable artiste à la fois, René Lalique – déjà maître joaillier de l’Art Nouveau – devient alors maitre verrier de l’Art déco.

1925 : l’Exposition internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris marque l’apogée de la carrière de verrier de René Lalique et le triomphe de l’Art Déco. Dans le travail de la matière, son style s’exprime magnifiquement. L’homme croule sous les commandes et réalise des projets de décoration d’intérieur de grande envergure. À l’exemple, en 1929, de la décoration des voitures du train Côte d’Azur Pullman Express. Ou de la décoration des salons de couture de la créatrice de mode Madeleine Vionnet, de la conception des portes en verre de la résidence du prince Yasuhiko Asaka à Tokyo, …, ou encore de l’aménagement intérieur de l’immense salle à manger des premières classes de l’iconique Paquebot Normandie en 1935. Cette même année, René Lalique ouvre une boutique Lalique rue Royale à Paris.

À son décès en 1945, le fils de René Lalique, Marc lui succède à la tête de l’entreprise. C’est lui qui va faire entrer la Maison dans l’ère du cristal. Et c’est la fille de celui-ci – Marie-Claude Lalique, devenue en 1977 PDG de la société – qui renoue avec la création de bijoux et développe celle de flacons de parfum. En 1992, elle crée d’ailleurs le premier parfum éponyme de la Maison, « Lalique de Lalique ». L’occasion pour la Maison de conjuguer la créativité apportée aux flacons de longue date, avec la recherche de fragrances de qualité exceptionnelle.

En 2008, la Maison est reprise par Art & Fragrance (Lalique Group à partir de 2016) – un groupe suisse dirigé par Silvio Denz -, avec l’ambition de la développer à travers le monde et d’augmenter la capacité de production de la cristallerie. Un développement qui passe aussi par l’ouverture en 2011 du musée Lalique, à Wingen-sur-Moder. Cette même année, Lalique lance Lalique Maison – une nouvelle collection de meubles, accessoires de décoration et linge de maison, d’esprit Art Déco, créée en collaboration entre la cristallerie et les designers de renommée internationale, Lady Tina Green et Pietro Mingarelli – et Lalique Art. L’année suivante est marquée par un retour aux sources originelles du fondateur de la Maison avec l’ « Odyssée du Feu Sacré », la collection qui signe la renaissance historique de la haute joaillerie et de la joaillerie Lalique. Toujours en accord avec la tradition de prestige et d’excellence la caractérisant, Lalique écrit un nouveau chapitre de son histoire avec le lancement en 2014 d’une première collection exclusive constituée de cinq parfums, « Noir Premier ». Pointues et sélectives, ces fragrances sont destinées à une clientèle d’initiés.

En 2015, la Villa René Lalique construite pour le créateur en 1920 à Wingen-Sur-Moder, en Alsace, connaît un nouveau destin et devient la vitrine du savoir-faire et de l’expertise de la Maison. Elle accueille désormais un hôtel ultra-raffiné classé cinq étoiles et un restaurant gastronomique deux étoiles au Guide Michelin. Racheté en 2014 par Silvio Denz, le Château Lafaurie-Peyraguey – repensé comme un hôtel de luxe doté d’un restaurant gastronomique une étoile Michelin depuis 2019 – ouvre ses portes en 2018. Composé de dix chambres et trois suites, il se veut la convergence de quatre univers : le vin, le cristal, la gastronomie et l’hospitalité. Enfin, avec The Glenturret Lalique Restaurant – situé au cœur de la distillerie The Glenturret, au pied des collines de Crieff – Lalique promet une expérience gastronomique unique en Écosse, dans la campagne idyllique du Perthshire.

Visuel : Lalique

https://www.lalique.com/fr

Marque mise à jour le 29 août 2021

Un Commentaire

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.