Yves Saint Laurent

Nom mythique de la couture et de la mode, Yves Saint Laurent fut au nombre des créateurs français les plus novateurs et les plus influents du 20ème siècle. Plus qu’une mode, il créa un style, celui de la femme contemporaine. Yves Saint Laurent s’est imposé comme l’une des personnalités majeures de son époque, exerçant une influence considérable au-delà même de l’industrie de la mode.

Yves Saint Laurent a fait ses débuts chez Christian Dior en 1955. Engagé comme assistant modéliste, il succèdera au grand couturier lorsque celui-ci disparaît en 1957. Sa première collection dessinée pour la Maison Dior, « Trapèze », remporte un immense succès. Pour cette collection, le jeune couturier de 22 ans se voit décerner le prix Neiman Marcus (1958). Pour autant, Yves Saint Laurent ne fera pas carrière chez Dior. Remplacé par Marc Bohan, il fonde sa maison de couture en 1961 et présente sa première collection en 1962.

Dès les années 60, Yves Saint Laurent impose son style unique. Pour des femmes modernes, audacieuses et conquérantes, il invente les codes d’une mode nouvelle. Cette vision différente de la féminité se traduit par la création d’un « nouveau genre entre le féminin et le masculin ». Il s’inspire alors des symboles vestimentaires masculins et intègre le sportswear à ses collections. Parmi ses créations les plus emblématiques se trouvent des pièces fortes comme le caban et le trench-coat (1962), le smoking (1966), la saharienne et le tailleur-pantalon (1967), … Il puise également son inspiration dans l’œuvre de grands artistes. De Mondrian par exemple, un peintre hollandais pionnier de la peinture abstraite : la célèbre collection « Mondrian » lancée en 1965 fera alors un véritable triomphe. Mais également d’Andy Warhol (collection « Pop Art » en 1966), de Braque, Matisse, Picasso, … ou encore d’écrivains et de poètes.

Fondateur initialement d’une Maison de Haute Couture, Yves Saint Laurent révolutionne la mode en 1966 en introduisant le concept de prêt-à-porter de luxe avec sa collection « Rive Gauche ». Il ouvre alors une première boutique de prêt-à-porter – baptisée « Saint Laurent Rive Gauche » – à Paris. Dans les années suivantes, d’autres boutiques « Rive Gauche » ouvriront leurs portes à New-York (1968) et à Londres (1969). En 1969 toujours, une boutique dédiée aux hommes est inaugurée (« Rive Gauche Hommes »). Créative par essence, la Maison repoussera toujours plus les limites, sans hésiter à choquer ni à provoquer au nom de l’émancipation et de la liberté de penser. Elle fut d’ailleurs l’une des premières à conjuguer avant-garde et luxe.

Au sein de sa Maison, Yves Saint Laurent s’illustrera également avec de nombreux parfums. À commencer par « Y », son premier féminin – un chypré-fruité au sillage élégant et intemporel – lancé en 1964, à l’image de grands noms parmi ses prédécesseurs comme le couturier Paul Poiret, l’instigateur de l’alliance de la Haute Couture et du parfum au début du 20ème siècle, ou Gabrielle Chanel avec son iconique « N°5 ». D’autres fragrances suivront, dont les iconiques « Pour Homme » (1971), « Rive Gauche » (1971), « Opium » (1977), « Kouros » (1981), « Paris » (1983), « Yvresse » (1993), … et bien d’autres. Et parce qu’il « manquait un visage à la femme que j’habille » – selon les termes du couturier -, Yves Saint Laurent lance sa ligne de maquillage en 1978. Inspirée du prêt-à-porter de la Maison, elle a été pensée pour une femme sophistiquée, audacieuse, un brin provocante. De cette ligne naîtront des looks reconnaissables entre tous ainsi que de nombreux best-sellers tels que « Touche Éclat » (1992), « Rouge Pur » (1994), « Teint Singulier » (1998), « Mascara Effet Faux Cils » (2000), … Notez que depuis 2008, l’activité parfums et cosmétiques – baptisée Yves Saint Laurent Beauté – est la propriété du groupe L’Oréal.

Au fil des années, la Maison Yves Saint Laurent passera entre différentes mains au gré des changements intervenus dans son capital. Et ce, dès 1965, date à laquelle l’investisseur J. Mack Robinson décide de revendre ses parts à un autre Américain, Richard Salomon, président du groupe de cosmétiques et parfums Charles of the Ritz. En 1972, à la faveur de la vente du groupe Charles of the Ritz, Pierre Bergé et Yves Saint Laurent reprennent le contrôle de la Maison de Couture, tandis que les parfums tombent dans l’escarcelle du groupe pharmaceutique E.R. Squibb. Une activité dont ils vont retrouver la propriété avec l’aide de l’homme d’affaires italien Carlo de Benedetti, avant de vendre le groupe Yves Saint Laurent, en 1993, à Sanofi (filiale d’Elf). Six ans plus tard, nouveau changement de propriétaire ! Le groupe PPR (depuis, devenu Kering) rachète – avec Sanofi Beauté – la Maison Yves Saint Laurent qu’il confie au groupe Gucci, tout juste racheté lui aussi. La Haute Couture reste dirigée par Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, sous le contrôle d’Artemis (le holding personnel de François Pinault).

Particulièrement marquantes pour la Maison, les années 2000 vont être synonymes de grands bouleversements : en 2002, lorsque le couturier annonce son départ et la fermeture de sa Maison de Haute Couture ; en 2008 (le 1er juin), lorsque Yves Saint Laurent s’éteint.

Aujourd’hui, la Maison Saint Laurent – ainsi rebaptisée en 2012 par Hedi Slimane, mais qui conserve le logo YSL créé par le graphiste Cassandre en 1961 – repose de nouveau sur une identité forte et des codes puissants, parfaitement identifiés et en phase avec l’époque. Sous la vision créative d’Anthony Vaccarello, directeur artistique de la marque depuis 2016, et l’impulsion de Francesca Bellettini, PDG de la Maison depuis 2013 (et présidente, depuis juillet 2019, de la chambre syndicale de la mode féminine qui régit les calendriers officiels des défilés femme à Paris), la marque a su créer des bases solides qui soutiennent sa croissance, et poursuit son développement pour renforcer sa position au premier plan dans l’univers de la mode.

http://www.ysl.fr/fr/

Marque mise à jour le 7 juillet 2019

54 Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *