Davidoff

Davidoff est une marque suisse de cigares de luxe fabriqués à la main en République dominicaine, reconnaissables entre tous à leur célèbre bague de couleur blanche et à leur boîte d’une élégante sobriété. Exclusivité et excellence sont au cœur de la philosophie et de l’esprit de la marque, connue mondialement pour sa sélection de cigares de qualité supérieure avec un profil gustatif moelleux et élégant et ses mélanges de tabacs. Elle appartient au groupe Oettinger Davidoff – depuis 1970 -, une entreprise familiale suisse passionnée de marques et ancrée autour de Davidoff.

Si le nom Davidoff est synonyme de cigares d’exception, il est également connu pour ses produits dérivés de luxe, développés directement par le groupe Zino Davidoff à l’exception des parfums, des lunettes, du café, et du cognac créés sous licence.

Davidoff trouve son origine dans un petit bureau de tabac ouvert en 1911 à Genève, par Henri Davidoff, arrivé cette année-là de Kiev en Ukraine qu’il a décidé de fuir avec sa famille par crainte des pogroms de la Russie tsariste. Son fils, Zino, a 5 ans. Dans cette boutique puis lors de ses voyages – dans sa jeunesse – en Argentine, au Brésil, à Cuba, Zino Davidoff va apprendre tout ce qu’il faut savoir sur le tabac et le cigare. À son retour en Europe en 1930, il étend très naturellement le commerce de tabac de son père à la vente de cigares. Des cigares cubains à cette époque. Il faudra attendre le début des années 90 pour voir la production de cigares Davidoff transférée en République dominicaine.

Mais dans les années 30, les cigares vendus par Davidoff sont cubains et les affaires prospères. Grâce aux bonnes relations entretenues par Zino Davidoff et les fabricants de cigares, la marque jouit à l’époque d’un quasi monopole sur les cigares de La Havane sur le marché européen.

Les années passent et en 1946, Zino Davidoff a l’idée de lancer une collection de cigares baptisés d’après les plus célèbres vignobles bordelais, les légendaires « Château Haut-Brion », « Château Lafite », « Château Latour », « Château d’Yquem », « Château Margaux ». Cette idée brillante – un véritable succès – participe de la construction d’une image érigeant l’épicurisme en savoir-vivre. En 1968, il va encore plus loin et obtient de Fidel Castro l’autorisation de créer sa propre gamme de cigares cubains à son nom, avec notamment les célèbres modules « Davidoff N°1 », « Davidoff N°2 » et « Ambassadrice ».

Du petit tabac genevois de son père à la marque renommée mondialement à l’image innovante, plusieurs étapes ont été franchies jusqu’à la vente, en 1970, de la division tabac de l’entreprise au Dr Ernst Schneider – patron de la société familiale Oettinger. Pour autant, il va continuer à collaborer avec le nouveau propriétaire en tant qu’ambassadeur de la marque tout au long de sa vie. Car les cigares Davidoff, c’est indubitablement Zino Davidoff et inversement !

Mais c’est aussi Cuba, et son gouvernement avec lequel le « divorce » est prononcé à la fin des années 80 suite à la détérioration des relations avec Zino Davidoff en raison de problèmes de qualité relevés publiquement par celui-ci. En 1991, Davidoff entre dans une nouvelle ère avec le transfert de la production des cigares en République dominicaine – sous la direction du maître cigarier Hendrik (Henke) Kelner – et, dans les années suivantes, son implantation sur le marché américain jusqu’alors fermé aux produits cubains.

En 1994, Zino Davidoff s’éteint à l’âge de 88 ans. Mais aujourd’hui, son héritage se perpétue dans le monde entier grâce à Oettinger, avec une nouvelle génération de Davidoff, comprenant 28 formats, des plus petits aux plus majesteux, tous sélectionnés et fabriqués à la main.

Visuel : Davidoff

http://davidoff.com/

Marque mise à jour le 26 août 2020

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.