Camaïeu

Camaïeu est une enseigne française de prêt-à-porter féminin qui propose des vêtements et des accessoires très tendances dans une gamme de prix accessibles. Son propos : offrir aux femmes – en privilégiant le circuit court et en ajustant l’approvisionnement des rayons en fonction de la demande – une large gamme de vêtements, sans cesse renouvelée, avec chaque jour des nouveautés ; des vêtements féminins, colorés, bien coupés, pour des femmes aimant la mode et le changement !

Lancée en 1984 par Jean-Pierre Torck, Jean Duforest, Dominique Debruyne et Éric Vandendriessche, avec l’ouverture de deux premiers magasins à Roubaix, l’enseigne connaît une croissance rapide. En 1991, elle inaugure déjà son 100ème magasin et enrichit son offre d’une ligne masculine. Puis d’une collection pour enfant (1994). Mais face à l’arrivée sur le marché français de griffes plus créatives et offensives (comme Zara par exemple) et en raison de lourds investissements réalisés lors du rachat du réseau de magasins Tandy, Camaïeu rencontre des difficultés pour financer ses nouvelles activités et pour contrer la concurrence dans une conjoncture qui n’est plus aussi favorable au secteur du textile.

Dès 1996, la ligne homme est cédée à la famille Mulliez et la ligne enfant – devenue Okaïdi – reprise par Jean Duforest, l’un des associés-fondateurs de Camaïeu. Recentrée sur son activité femme, l’enseigne cible les jeunes femmes modernes. Dans le même temps, Camaïeu ferme des filiales à l’étranger pour se cantonner au marché français. En 1998, le fonds d’investissement 3i entre dans le capital de Camaïeu tandis que Paribas (présent depuis 1989) augmente notablement sa participation. Grâce à cette recapitalisation et à une nouvelle stratégie de développement, Camaïeu peut repartir sur des bases plus assurées, allant jusqu’à relancer, à partir de 2000, son expansion à l’international (Pologne, Italie, Espagne, République Tchèque, Moyen-Orient, Slovaquie, …).

Après une introduction en bourse, deux OPA menées par Axa Private Equity (2005) et par le fonds d’investissement Cinven (2007), le lancement de son site de vente en ligne (2009), l’ouverture de nouveaux magasins, l’enseigne Camaïeu est enfin relancée. Jean-Pierre Torck, quant à lui, a quitté l’aventure. En 2011, Cinven qui détenait environ 65% du capital de Camaïeu procède au rachat de 30% supplémentaires. En juin, la société quitte la bourse de Paris.

En 2006, Camaïeu comptait 500 magasins. En 2015, Camaïeu est le leader en France du prêt-à-porter féminin avec près de 650 boutiques. À l’international, l’enseigne est implantée dans 15 pays/territoires. La marque totalise alors plus de 900 boutiques qui accueillent chaque jour des femmes adeptes d’une mode pensée pour leur quotidien. Véritables espaces dédiés à la mode et à la féminité, les magasins Camaïeu accueillent chaque semaine 100 nouveaux produits, dans le cadre d’une offre pétillante, gaie, colorée, actuelle et libre qui séduit chaque année 37 millions de clientes, pour 70 millions de produits vendus.

En 2017, Camaïeu est l’enseigne préférée des Françaises. En effet, selon une enquête BVA réalisée au mois de février, à la question « Quelle est votre enseigne de prêt-à-porter préférée ? », 29% des femmes interrogées placent Camaïeu sur la 1ère marche du podium … Loin devant H&M (21%), Kiabi (17%) ou bien encore Zara (17%). En 2019, Camaïeu est encore consacrée « Meilleure chaîne de magasins » dans la catégorie mode femme et ce, pour la 3ème année consécutive. En difficultés cependant – et de longue date – en raison de la crise que traverse le secteur du prêt-à-porter depuis des années, Camaïeu est toujours – cette année-là – un acteur important sur le marché. Rachetée par ses principaux créanciers – les fonds d’investissement américains Farallon et Carval et le fonds européen CVC -, dirigée désormais par Joannes Soënen, dont la nomination à sa présidence a été annoncée en août 2019, Camaïeu doit engager un véritable plan de transformation afin de permettre sa relance. Quelques mois plus tard, le 26 mai 2020, la société est placée en redressement judiciaire. Une période d’observation de six mois est décrétée pour Camaïeu qui vient de fermer plus de 800 magasins dans le monde en raison de l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19. Parmi les offres de reprise à l’étude, celle du président Joannes Soënen qui connaît bien la Maison pour y avoir débuté en 1992, et celle de la Financière immobilière bordelaise (FIB), un fonds d’investissement spécialisé dans l’immobilier commercial appartenant à l’homme d’affaires Michel Ohayon. C’est son offre – s’engageant à reprendre 511 magasins de l’enseigne de prêt-à-porter et 2659 salariés, sur les 634 magasins et 3146 salariés de l’entreprise – qui a été retenue par le tribunal de commerce de Lille, le 17 août 2020.

Visuel : Camaïeu

https://www.camaieu.fr/

Marque mise à jour le 13 août 2020

11 Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *