Emmanuelle Khanh

Mannequin, styliste visionnaire, grand nom de la mode, Emmanuelle Khanh a sans aucun doute marqué les années 70 & 80 de son empreinte. Résolument créative et moderne, elle est de ces créateurs qui ont contribué à la naissance du nouveau prêt-à-porter français. Devenue styliste, au début des années 60, elle collabore avec les marques montantes de l’époque – Cacharel ou Missoni. Elle saisit une époque en pleine mutation : le corps des femmes se libère, la mode se démocratise, … et imagine un vestiaire pour les femmes modernes, libres et actives désirant s’émanciper des carcans sociaux encore rigides.

Dans cet esprit avant-gardiste, Emmanuelle Khanh créé sa marque éponyme de vêtements et d’accessoires en 1969. Pour des femmes actives, féminines, aimant la mode, elle imagine des modèles aux lignes simples et graphiques. Pratiques, ils sont réalisés dans des matières nouvelles, alors inutilisées dans le monde de la monde, et vendus à des prix abordables. Inspirée par son époux, le designer Quasar Khanh, célèbre pour son mobilier en plastique gonflable, elle réinvente en effet le matériau pour l’habillement. Ces innovations, alliées à de la maille et de la broderie, définissent un vestiaire unique. Une révolution de plus dans la démarche de la créatrice qui rencontre rapidement le succès. Plébiscitée par les magazines de mode, adoptée par de jeunes femmes symbolisant à la perfection sa vision de la féminité – telles que Françoise Hardy, Catherine Deneuve ou Jane Birkin -, la griffe se forge une réputation et un style sur l’émancipation de la femme des années 70 et les valeurs qui la portent : liberté, audace et désir d’indépendance.

Forte du succès de sa marque éponyme, Emmanuelle Khanh lance une collection de lunettes audacieuse et colorée en 1972. Des lunettes surdimensionnées, tranchant radicalement avec le style en vigueur à l’époque, qui deviendront cultes. À l’instar du modèle historique « 8080 » qui a fait la réputation de la marque. Créé en 1972 puis distribué en 1973, il s’est très vite imposé comme un classique de la Maison. Même chose pour le modèle iconique « 5050 », porté par Emmanuelle Khanh elle-même. En véritable pionnière, Emmanuelle Khanh va révolutionner le monde de l’optique avec ses modèles aussi élégants qu’innovants, issus des meilleurs ateliers de fabrication d’Oyonnax, dans le Jura. Les lunettes deviennent alors des accessoires de mode à part entière.

Les années passent et en 1977, Emmanuelle Khanh ouvre sa première boutique rive gauche, au 2 rue de Tournon, dans le quartier latin à Paris. Au prêt-à-porter et aux lunettes s’ajoute une ligne de bijoux, inspirée de motifs végétaux et explorant encore de nouvelles matières, comme la céramique. Viennent ensuite d’autres accessoires – chapeaux, gants et sacs – qui définissent une silhouette complète.

Dans les années 90, suite à d’importantes difficultés financières, la Maison Emmanuelle Khanh disparaît de la scène mode. Rachetée au groupe français Alain Duménil en 2008 par Didier Marder, un ancien du groupe LVMH, elle est relancée l’année suivante avec quatre modèles historiques de lunettes – des lunettes oversize – revisitées pour l’occasion. Depuis, la marque mythique a trouvé un souffle nouveau avec des collections de lunettes optiques et solaires, au style toujours élégant et moderne, déclinées au féminin comme au masculin.

Les lunettes Emmanuelle Khanh portent en elles l’ADN de la marque et tout le savoir-faire des ateliers français dans lesquels elles sont fabriquées. En revenant avec l’élément le plus marquant du style de la créatrice, la marque reste fidèle à ses racines et puise dans ce qui constitue l’essence de la Maison. Elle renoue ainsi avec le succès en proposant des rééditions vintage et de nouveaux modèles exclusifs, reprenant les codes stylistiques Emmanuelle Khanh qu’elle réinterprète dans un esprit plus contemporain.

Pour autant, la renaissance de la Maison ne sera véritablement achevée que lorsqu’elle aura retrouvé son statut premier de marque de mode, en créant de nouveau des accessoires, des sacs, de la lingerie, du prêt-à-porter féminin, … C’est avec une première collection capsule articulée autour du chapeau, du sac et du gant – des produits entièrement « Made in France » – que la Maison Emmanuelle Khanh revient sur le devant de la scène mode, son univers de départ. En 2016, elle relance sa ligne de prêt-à-porter féminin : une première collection capsule est consacrée à la maille, puis les collections saisonnières définissent l’une après l’autre le nouveau style de la Maison.

Inspirés de l’audace de la créatrice, les vêtements Emmanuelle Khanh s’adaptent alors aux exigences et à la nouvelle silhouette des femmes d’aujourd’hui. Les jeux de volume rencontrent les effets de matières : la maille se fait tantôt oversize tantôt deuxième peau, le plastique est de retour, les rayures sont démesurées, … La Maison travaille sans relâche à son renouveau. Un renouveau signé Sam Attyé, directeur artistique de la marque depuis 2015, qui pilotera par ailleurs la création d’une collection complète pour la saison Printemps-Été 2017.

Relancée grâce aux lunettes et aux accessoires, Emmanuelle Khanh doit son succès à Eva Gaumé, nommée directrice artistique de l’eyewear et de l’image en 2016. Elle puise son inspiration auprès des femmes d’aujourd’hui mais aussi dans un patrimoine exceptionnel, afin d’écrire l’histoire de la Maison au présent. Entre tradition et modernité, dans le respect de l’artisanat et des traditions chères à la fondatrice, elle dessine les collections, pérennisant la vision esthétique de celle-ci et ses fameuses montures démesurées. Solaires et optiques sont oversize ou extra-fines, sombres ou lumineuses, en acétate ou même en titane. Elles demeurent l’étendard des femmes actives, émancipées et joyeuses, mais aussi des hommes pour qui Eva Gaumé conçoit, en 2019, une première ligne.

2017 : Emmanuelle Khanh s’éteint en février à Paris. Après avoir révolutionné la mode féminine et le monde du prêt-à-porter, elle lègue aux générations futures bien plus qu’un style ; un état d’esprit militant et audacieux et la volonté de concilier l’élégance et la force des femmes. Depuis, la Maison continue de se développer. En 2018, affirmant sa dimension mode, elle lance une ligne de chaînettes bijoux, et remet au goût du jour un accessoire alors désuet – qu’il est possible de porter en collier. Ce nouvel accessoire allie l’acrylique, une matière esthétiquement proche de l’acétate mais beaucoup plus légère, au métal doré à l’or fin.

En 2019, alors qu’elle célèbre ses 50 ans, la Maison adopte une signature nouvelle, incontestablement mode, symbolisant la volonté de continuer à créer un vocabulaire nouveau, tout en rendant hommage à la griffe et à sa fondatrice.

Visuel : Emmanuelle Khanh

https://www.ek.fr/

Marque mise à jour le 3 août 2021

Un Commentaire

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *