Carven

Carven est une marque française de prêt-à-porter emblématique d’un style frais, élégant et parisien, fondée en 1945 par Marie-Louise Carven – née Carmen de Tommaso – qui restera présente en haute couture jusqu’en 1996. Carven est détenue, depuis octobre 2018, par le groupe chinois de mode Icicle.

Installée au 6 Rond-point des Champs-Élysées, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Maison Carven connaît d’emblée un franc succès avec sa première collection de haute couture grâce à la robe « Ma Griffe », une robe d’été en coton – courte et sans manches – rayée de vert et de blanc, devenue emblématique. Une robe pimpante et élégante, empreinte d’optimisme et de légèreté, parfaitement adaptée aux envies des femmes à l’époque. Les rédactrices de mode et les célébrités plébiscitent la marque, qui trouve en Michèle Morgan et Édith Piaf par exemple, ou Madame Valéry Giscard d’Estaing – elle se marie en robe Carven en 1952 -, ses premières clientes parmi les plus fidèles.

Résolument moderne, le style de la Maison Carven est féminin, jeune, frais, bucolique, et enthousiaste. Les coupes font la part belle aux dos-nu, aux épaules dégagées ou encore aux décolletés, libérant des corps féminins en pleine émancipation. Un style incarnant la joie de vivre, le chic insouciant et gai d’après-guerre, et conçu pour toutes les femmes y compris les plus petites ; comme Madame Carven, petite (1m55) et menue, qui – parce qu’elle ne trouvait pas de tenues adaptées à sa morphologie – décide de fonder sa Maison de couture. À cette époque, elle ignore que le « vert Carven », signe d’espoir et de renouveau au lendemain de l’Occupation, deviendra aussi célèbre que le « rose Schiaparelli » ou le « bleu Lanvin ».

En 1946, surfant sur le succès de sa fameuse petite robe en coton, Carven lance son premier parfum féminin, « Ma Griffe ». Une fragrance fraîche, pimpante, très fleurie – qui reste classique – et d’esprit couture. Un parfum construit autour des fleurs préférées de Madame Carven – le gardénia, le jasmin et la rose – et qui deviendra mythique. Autre réussite : « Robe d’un Soir », un parfum floral aldéhydé pour femme créé en 1947. Dix ans plus tard, naît « Vétiver », une eau de toilette masculine fusante, parfaitement équilibrée et subtilement boisée. Intemporelle, elle va traverser les époques et les années sans prendre la moindre ride.

Ainsi va la vie pour la Maison Carven qui, les années passant, se diversifie avec des maillots de bain, des vêtements pour enfants, une ligne maille, une collection de foulards. Rapidement, la mode Carven s’exporte à l’international et fait l’objet de présentations au Portugal, au Brésil, en Egypte, en Iran, … Dans les années 60, la marque continue d’évoluer. Dotée d’un département « Carven Uniforms », elle habille le personnel de nombreuses compagnies aériennes. Plus tard, dans les années 70, elle créera ceux d’Aéroports de Paris puis ceux d’Air France (conjointement avec la marque Nina Ricci et la Maison Grès) ; mais également les tenues des sportifs français lors des Jeux Olympiques de Montréal en 1976. Vêtements pour homme, cravates, foulards, bijoux, prêt-à-porter, …, Carven innove sans cesse pour rester dans l’air du temps mais perd de sa popularité.

Avec les années 90, de nombreux changements interviennent chez Carven : en 1993, Madame Carven – alors âgée de 84 ans – quitte sa marque, en 1996, la Maison arrête la haute couture, et nomme le styliste italien Angelo Tarlazzi à la direction artistique du prêt-à-porter, en 1998 Edward Achour le remplace.

En 2001, c’est Pascal Millet – passé par les Maisons Balenciaga et Givenchy – qui prend la suite à la direction artistique de la haute couture et du prêt-à-porter. Mais il faudra attendre l’arrivée en 2009 de Guillaume Henry pour que Carven retrouve un nouveau souffle. Excellant dans l’art d’imaginer des pièces hautement désirables et doté d’un incroyable sens du style, il relance et modernise la marque, l’inscrivant dans l’air du temps avec talent et fraîcheur. Sous sa houlette artistique, la marque – rachetée en 2008 par le groupe Béranger, – se développe avec succès en France (la première boutique Carven Femme ouvre à Paris en 2011), mais aussi à travers le monde (États-Unis, Grande-Bretagne, Japon, Italie etc.). Au départ de Guillaume Henry – en 2014 pour la Maison Nina Ricci -, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre dans l’histoire d’une marque dotée d’une place de premier plan.

Après 6 années de stabilité, la valse des directeurs artistiques reprend : nomination en 2015 de Barnabé Hardy à la création de Carven Homme, et celle d’Alexis Martial et Adrien Caillaudaud à la tête des collections féminines, nomination en 2017 de Serge Ruffieux à la création des collections féminines – la ligne homme ayant été arrêtée en 2016 -, intérim assuré à partir de 2018 du studio interne de la marque en attendant l’arrivée d’une nouvelle recrue en 2020 ou 2021.

Parallèlement, Carven – en plein renouveau et devenue la marque fétiches des rédactrices de mode grâce au travail de Guillaume Henry – évolue structurellement. En 2010, le groupe Bogart – Maison familiale indépendante assurant le développement de marques emblématiques du patrimoine français dans les univers de la mode et de la beauté – acquiert la marque Carven, pour les parfums et les cosmétiques. En 2011, le groupe Bluebell – un distributeur de produits de luxe en Asie, partenaire de Carven sur Hong Kong et la Chine – entre au capitale de la griffe avec une part minoritaire. En 2016, il devient l’actionnaire majoritaire de Carven. Mais l’histoire tourne court … placée en redressement judiciaire en mai 2018, la Maison fait l’objet d’un plan de cession qui aboutit en octobre 2018 à sa reprise par le groupe de mode chinois Icicle. À suivre …

Visuel : Carven

https://www.carven.com/
https://www.carven-parfums.com/

Marque mise à jour le 20 août 2020

7 Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *