Phillips Paris présente l’exposition « Foujita/Sanyu : Muses et Modèles »

La Maison de vente aux enchères Phillips présente à Paris – jusqu’au 30 mars 2019 – l’exposition-vente « Foujita/Sanyu : Muses et Modèles ». L’adresse : 46 rue du Bac, 75007 Paris. Première exposition de Clara Rivollet, qui a récemment rejoint Phillips Paris en tant que spécialiste internationale en art du XXème siècle et contemporain, « Foujita/Sanyu : Muses et Modèles » rend hommage à l’exploration du nu féminin, sujet dont ces artistes furent les premiers asiatiques à se saisir. Elle se tient en parallèle du Salon du Dessin, rendez-vous important du calendrier culturel à Paris (27 mars au 1er avril 2019).

« Foujita/Sanyu : Muses et Modèles » débute naturellement à Paris, ville incontournable dans le parcours des deux artistes. C’est à Paris, en effet, que Foujita et Sanyu ont forgé leur style en dialogue avec leur contemporains occidentaux, notamment Pablo Picasso, Henri Matisse, Amedeo Modigliani, Chaïm Soutine, Fernand Léger, et Man Ray. Ils ont su ainsi jeter un pont entre la tradition asiatique et la modernité occidentale, mêlant les techniques héritées de l’estampe japonaise et de la calligraphie chinoise avec la sensualité moderne et la liberté du Paris des années 1920.

Après un court séjour à Tokyo, Sanyu s’installe dans le Paris cosmopolite de 1921. La même année, Foujita – qui a investi un studio à Montparnasse en 1913 – achève son premier nu intitulé « Nu allongé avec chat » (collection Petit Palais, Genève). Originaires respectivement du Japon et de Chine, Foujita et Sanyu ont tous les deux été transformés par leur rencontre avec la scène moderne parisienne, se côtoyant à la Coupole ou à la Rotonde ainsi que dans les salons artistiques indépendants. Les deux artistes abordent le nu féminin au moment où le mouvement de libération des femmes prend de l’ampleur, mené par des figures aussi fascinantes et controversées que la star du music-hall Mistinguett, la muse d’artistes et compagne de Man Ray, Kiki de Montparnasse (elle a d’ailleurs posé pour Foujita et Sanyu), et Suzy Solidor, chanteuse et personnalité charismatique et sulfureuse de la nuit parisienne. Les œuvres de Foujita et Sanyu témoignent de cet environnement de liberté riche et unique, de créativité extrême, et d’échanges culturels – l’une des périodes les plus importantes de l’histoire de l’art moderne. Une période, comme l’explique Clara Rivollet, « (…) à la fois émancipatrice et porteuse d’émulation intense et d’échanges culturels fructueux sans égal dans l’histoire de l’art du XXème siècle. » « Foujita/Sanyu : Muses et Modèles » : une exposition à voir absolument …

Visuels, de haut en bas : Léonard-Tsuguharu Foujita, Nu allongé, Madeleine, 1931 – Léonard-Tsuguharu Foujita, Baigneuses (bathers), 1917 – Sanyu, Kneeling nude, circa 1930-1940.

Phillips Paris présente l’exposition « Foujita/Sanyu : Muses et Modèles »

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *