Boucheron

Boucheron est une Maison française de joaillerie, haute joaillerie, horlogerie et parfumerie fondée en 1858 par Frédéric Boucheron, le premier des grands joailliers contemporains à s’installer sur la mythique place Vendôme, à Paris (1893). Dirigée par quatre générations de Boucheron – qui, en l’espace de 160 ans, ont bâti un style, une réputation, un savoir-faire remarquable -, la Maison Boucheron est le résultat d’un équilibre parfait entre maîtrise technique et incroyable talent artistique. Célèbre à travers le monde pour son style libre, audacieux et novateur, elle a su conquérir le cœur des femmes en proposant des pièces toujours plus créatives et serties de pierres de caractère. Boucheron appartient depuis 2000 au groupe français de luxe Kering, via le groupe Gucci lui-même racheté en 1999.

Né en 1831 au sein d’une famille de drapiers, Frédéric Boucheron a conservé de son enfance le souvenir des étoffes. Et pourtant, il va rompre avec la tradition familiale en 1858 lorsqu’il ouvre sa boutique de joaillerie. Fort de cet apprentissage d’une certaine délicatesse, il entreprend de travailler l’or et les pierres précieuses avec la même souplesse que les tissus ou la dentelle de son enfance. Le succès est immédiat et le tout-Paris se presse à la porte de sa boutique du Palais Royal. En 1893, désireux de s’agrandir, Frédéric Boucheron décide de s’installer sur la place Vendôme, précisément à l’angle de la rue de la Paix et de la place. Premier joaillier à y ouvrir une boutique – il installera aussi ses artisans, au dernier étage de l’hôtel particulier de Nocé dans un atelier baigné de lumière -, il fera de ce lieu l’écrin d’un savoir-vivre et d’un savoir-faire, le symbole d’une élégance à la française, sans égal dans le monde.

Dans l’hôtel particulier de Nocé du 26 place Vendôme – devenu monument historique en 1930 -, Frédéric Boucheron a créé plus qu’une boutique. Il y a fait naître un art de vivre, en souhaitant recevoir ses clients comme s’ils étaient chez eux, au cœur même de la création. En témoigne une atmosphère particulière où se perpétue cet esprit de famille, et où chaque génération succédant à Frédéric Boucheron apportera son style et sa touche, tout en conservant cette ambiance particulière propre aux maisons de famille.

Lorsque Frédéric Boucheron fonde la Maison Boucheron en 1858, il s’affirme d’emblée comme un esprit éclairé, audacieux et visionnaire. Dès 1867, il reçoit la médaille d’or lors de l’Exposition Universelle de Paris pour son esprit d’innovation dans la création de bijoux. Les années passant, il remportera d’autres prix comme le Grand Prix de l’Expoistion Universelle de Paris de 1878 pour ses créations – parmi lesquelles un extraordinaire collier de saphirs créé pour Marie-Louise MacKay, riche cliente américaine. À l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris de 1889, la Maison Boucheron remporte de nouveau la médaille d’or avec une collection incroyable comprenant notamment un étonnant collier plume de paon en émeraudes et diamants, pensé par Frédéric Boucheron et son chef d’atelier Paul Legrand. D’une modernité sans précédent, ce collier révolutionnaire baptisé « Point d’interrogation » – acheté en 1883 par le grand-duc Alexis Alexandrovitch Romanov, fidèle client Boucheron – est un bijou libre, souple, léger, et aérien, conçu sans fermoir et muni d’un ressort caché afin de s’enrouler autour du cou, comme une plume. En 1900, la Maison Boucheron est de nouveau à l’honneur lors de l’Exposition Universelle de Paris où elle s’affirme comme l’un des acteurs majeurs de l’Art Nouveau et reçoit une médaille d’or pour son orfèvrerie et un Grand Prix pour une joaillerie remarquable d’innovation. Enfin, la Maison Boucheron remporte son dernier Grand Prix en 1931 à l’occasion de l’Exposition Coloniale.

A partir de 1860, et pendant près de 40 ans, la famille Impériale de Russie composera une partie importante de la clientèle Boucheron. La grande-duchesse Maria Nicoaivna, la tsarine Maria Alexandronova, Alexandre III, ou encore le grand-duc Alexis faisaient tous halte chez Boucheron à chacun de leurs voyages à Paris, rendant le nom du joaillier honorablement connu à la cour de Russie. La Maison Boucheron ouvrira d’ailleurs sa première boutique étrangère à Moscou, en 1897. Celle-ci sera transférée en 1911 à Saint Pétersbourg et rouvria ses portes à Moscou en 2003.

Prestigieuse, la Maison Boucheron l’est sans conteste et ce, depuis sa création ; il en est de même de la clientèle du joaillier qui lui a permis de prendre son essor : Sarah Bernhardt, la Comtesse de Polignac, le milliardaire américain Vanderbilt, Édith Piaf, …, ou encore des personnalités comme la comtesse de Castiglione – surnommée « La Divine », elle était connue pour être la plus belle femme de son siècle – qui résida pendant 15 ans à l’entresol du 26 place Vendôme, partageant avec Frédéric Boucheron l’hôtel particulier de Nocé, et devenant très vite une fidèle ambassadrice de la Maison, comme Marie-Louise Mackay, américaine fortunée qui réalisera parmi les plus impressionnantes commandes passées auprès de la Maison Boucheron – elle est citée à 102 reprises dans les livres de commandes de la Maison entre 1876 et 1902 -, comme le Maharadjah de Patiala qui, attiré par la réputation de la Maison Boucheron et le lien fort que celle-ci entretient avec l’Inde, demandera au joaillier – en 1928 – de constituer une parure exceptionnelle de 149 pièces avec plusieurs milliers de diamants, rubis et émeraudes issus de son trésor, … S’il ne s’agit pas d’une commande, l’expertise du fabuleux trésor national d’Iran demandée en 1930 à la Maison Boucheron – représentée par Louis Boucheron – par le Shah d’Iran reste un évènement également exceptionnel. Il en est de même de l’une des plus célèbres ventes de bijoux au monde, qui eut lieu quelques années plus tôt, en 1887, au Louvre : celle des Joyaux de la Couronne Française. Seul Français parmi les plus grands joailliers du monde entier, Frédéric Boucheron parvint à y acheter 31 diamants, les célèbres Mazarin pesant respectivement 18 et 16 carats, ainsi qu’une partie des plus beaux bijoux de l’impératrice Eugénie.

Depuis sa création en 1858 et à travers ses créations, la Maison Boucheron a démontré sa capacité d’adaptation et de renouvellement ainsi que son sens unique de l’innovation. Outre sa créativité incroyable, son talent artistique, sa vision stylistique, son remarquable savoir-faire, la Maison offre à ses clients l’assurance de posséder les plus belles gemmes par leur qualité intrinsèque, leur taille et leur provenance. Des pierres exceptionnelles, chargées d’émotion, d’une beauté rare, dégageant une force et une esthétique particulières. Des pierres précieuses mais aussi des pierres fines ou des matières exotiques, telles que le lapis-lazuli, le corail, l’hématite, l’onyx, le chanvre, le bois d’amourette, … Dans les années 1980, le cristal de roche deviendra l’une des matières favorites du joaillier, et un incontournable des collections de haute joaillerie.

Source d’inspiration intarissable de la Maison, la nature – par sa diversité, son idéal esthétique et la richesse de ses symboliques – va faire naître, au fil du temps et des collections, des créations aussi diverses que remarquables. Pas de fleurs apprêtées ou apprivoisées mais une nature libre, fière et sauvage, saisie dans sa vérité pour en magnifier sa beauté. Une « Nature Triomphante », à l’image de la collection lancée pour le 160ème anniversaire de la marque, mais aussi à l’image de sa collection d’animaux fabuleux. Précurseur en la matière, Boucheron capte aujour’hui comme hier la force positive de la nature. Plus que de simples créations joaillières, ses animaux-bijoux sont des talismans aux pouvoirs protecteurs. Comme le serpent, animal protecteur et symbole d’infini, code iconique de la Maison depuis le lancement, en 1968, des premières pièces de la collection « Serpent ».

Outre les bijoux et les montres – comme l’iconique montre « Reflet » lancée en 1947 -, Boucheron crée également des parfums (depuis 1988), et les décline en collections précieuses et raffinées. Véritable esprit libre, Boucheron cultive sa créativité sans limite, avant-gardiste et résolument moderne avec des pièces audacieuses et innovantes, hier comme aujourd’hui avec Claire Choisne, directrice des créations depuis 2011.

Visuel : Boucheron

http://www.boucheron.com

Marque mise à jour le 5 août 2019

2 Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *