Fifi Chachnil

Fifi Chachnil

Delphine Véron, styliste de son état, fonde sa marque de prêt-à-porter en 1984 et ouvre sa première boutique à Paris en 1986. Alors que la mode est au noir destructuré, elle crée des collections hautes en couleur teintées d’insolence, tricote des robes de patineuse, dessine des bloomers à froufrou et des panoplies de cow-girl. Des tenues – des costumes de scène en fait – qu’elle destine surtout au théâtre, au cinéma ou à la publicité. En 1995, en voyage à Los Angeles pour photographier la collection, elle découvre la « nudité extravertie ». La lingerie se pose alors comme une évidence, et la créatrice se lance avec la fougue qui la caractérise.

En 1996, la ligne de lingerie Fifi Chachnil voit le jour. Le succès est immédiat et Agent Provocateur lui passe commande en même temps que Barneys à New York. Rapidement, la Maison s’implante dans plusieurs points de vente internationaux. De New-York à Dubaï, de Sydney à Riga, …, elle est présente aujourd’hui dans 45 pays du monde et compte, à Paris, deux boutiques en nom propre.

Le style Fifi Chachnil est résolument gai et sensuel et ses dessous merveilleusement raffinés et féminins. La marque aime le rose, la dentelle, la mousseline, la soie, les froufrous, … les femmes aussi ! Des femmes qui, parées de ses créations, « assument leur féminité » et sont plus glamour que jamais à l’image des pin-up girls de l’âge d’or hollywoodien. Fatalement fatale, la lingerie Fifi Chachnil les initie à la volupté, leur offre le sens de l’abandon, habillant leur pudeur avec excès et humour.

Au fil de ses collections, Fifi Chachnil impose son univers délicieusement rétro. À travers ses créations elle réhabilite l’éternel féminin. Ses dessous dessinent le corps et en rehaussent la féminité. Dans une société où la mode s’emploie à mélanger les genres, à uniformiser les sexes, Fifi Chachnil les différencie avec quelques grammes de charmeuse, de la mousseline de soie et de la dentelle. Plumetis, mousseline, satin, …, serre-taille, balconnets et porte-jarretelles, … Fifi Chachnil ne se contente pas d’habiller la femme, elle la sublime.

Dans les années 2000, la griffe se développe. La créatrice enchaîne les collaborations avec de grandes enseignes telles que Monoprix, La Redoute, Etam, Topshop. En parallèle, elle crée – en 2007 – une ligne de gants en collaboration avec la maison Lavabre Cadet, une ganterie traditionnelle haut de gamme spécialisée dans le gant sur-mesure, ainsi qu’une collection de robes de cocktail. Elle lance aussi son premier parfum.

Les années 2000, c’est aussi l’ouverture de boutiques à Paris, puis à Londres. Des boutiques conçues comme des boudoirs, où le rose est de mise. Décor girly, ambiance feutrée mais chaleureuse, tout invite ici aux confidences, à la fantaisie, … et à la frivolité ! Un univers poudré à retrouver également sur la boutique en ligne de la marque. Pour ses présentations et défilés, la créatrice choisit – depuis les débuts de la marque – des lieux évocateurs tels que le Paradis Latin en 1997, le Lido en 2004 (pour le lancement de son parfum), ou encore le Crazy Horse en 2012. En 2016, la marque intègre même la collection permanente du Victoria & Albert Museum à Londres, dans le cadre de l’exposition « Undressed a Brief History of Underwear » …

Visuel : Fifi Chachnil © Nathalie Demontes

https://fifichachnil.paris/

Marque mise à jour le 6 septembre 2020

Un Commentaire

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *