Steinway & Sons

Fondée en 1853 à New York, la manufacture de pianos Steinway & Sons fabrique avec passion, et dans les meilleurs matériaux, des pianos à queue et des pianos droits. Des instruments haut de gamme assemblés à la main par des artisans épris de perfection qui leur insufflent leur âme et leur apportent continuellement des améliorations et innovations. Véritable référence en matière de son, de toucher et de beauté, le piano Steinway reste sans égal.

L’histoire de Steinway & Sons commence en Allemagne, là ou Henry E. Steinway, fondateur de l’entreprise familiale, naît le 22 février 1797 sous le nom de Heinrich Engelhard Steinweg. Devenu orphelin à l’âge de 15 ans à peine – après que la cabane dans laquelle il vivait avec sa famille se soit effondrée, frappée par la foudre -, sans aucune famille et sans le sou, il va, au service du duc de Brunswick, apprendre la menuiserie, une simple compétence qui lui permettra de changer sa vie dans quelques années.

Le temps passe et Heinrich Engelhard Steinweg a six fils. En 1835, alors que la musique romantique triomphe en Europe, il se lance – avec ses fils – dans la fabrication de pianos. Le premier grand piano de la famille, tel que nous le connaissons, est construit dans la cuisine d’Heinrich en 1836. Devenu une pièce de musée, il est aujourd’hui exposé au Musical Instruments Museum de Phoenix, en Arizona. Par la suite, la famille Steinweg produira dix pianos par an. Mais une fois encore, l’instabilité politique et sociale s’en mêle et Heinrich décide d’emmener sa famille en Amérique, laissant l’aîné de ses fils gérer l’affaire en Allemagne. En dépit des conditions de vie qui s’avèrent difficiles, de l’hostilité à laquelle la famille doit faire face, les Steinweg s’intègrent rapidement. Ils décident également d’américaniser leurs noms : Steinweg est changé en Steinway et, à 54 ans, Heinrich devient Henry.

L’entreprise familiale, Steinway & Sons, est officiellement fondée en 1853 et son premier piano – aujourd’hui exposé au Metropolitan Museum of Art de New York – est vendu à la famille Griswold à New York pour 500$. En 1859, les ventes atteignent 500 pianos par an et l’entreprise déménage dans un bâtiment occupant un bloc entier entre la 52ème et la 53ème rue sur Fourth Avenue. La même année, un brevet est attribué à Henry E. Steinway pour l’Overstung Plate, un système permettant de tirer les cordes graves, plus longues, au-dessus des autres cordes, optimisant ainsi l’utilisation de l’espace disponible à l’intérieur du piano. Le temps passant, d’autres brevets seront déposés et d’autres récompenses attribuées, notamment lors de l’Exposition universelle de 1867 à Paris. Lorsqu’Henry Engelhard Steinway meurt en février 1871, sa famille est installée à Long Island et l’entreprise prospère.

En charge du développement de l’entreprise Steinway & Sons, le fils d’Henry Steinway, William, va contribuer largement à l’établissement de la marque. Notamment en organisant une série de concerts du grand pianiste Anton Rubinstein dans plusieurs villes américaines, lançant ainsi les premières performances « Artiste Steinway ». En 1875, il inaugure un nouveau Steinway Hall à Londres et, cinq ans plus tard, un atelier à Hambourg. Autre action d’envergure initiée par William Steinway, qui décidément fait preuve d’un grand sens du marketing : une campagne publicitaire retentissante, soutenue par des pianistes et des musiciens prestigieux, parmi lesquels Richard Wagner et Franz Liszt.

Cinquante ans après la création de Steinway & Sons, en 1903, l’entreprise fabrique son 100 000ème piano, pour l’East Room de la Maison-Blanche, occupée à l’époque par le Président Theodore Roosevelt. La période est faste mais l’avenir va se révéler plus sombre. Bien plus tard, en effet, la Grande dépression des années 1930 frappe durement l’entreprise, tout comme l’avènement de la radio, qui offre alors au public de nouveaux moyens d’écouter de la musique. La situation s’améliore à la fin des années 30 et au début des années 40, pour se détériorer de nouveau avec la Seconde Guerre mondiale. Steinway, en effet, n’a plus le droit de fabriquer de pianos, puisque les matières premières utilisées sont réquisitionnées pour l’armement. En Allemagne, les choses sont encore plus difficiles. Lorsque les États-Unis entrent en guerre en 1941, la fabrique d’Hambourg, propriété américaine, est confisquée et utilisée pour construire des avions factices et des crosses de fusil. Dix ans après la fin de la guerre, bien que les affaires aient repris, Steinway lutte toujours pour redevenir bénéficiaire. Et en 1972, la famille Steinway décide de vendre l’entreprise à Columbia Broadcasting System (la chaîne de télévision CBS).

Par la suite, la Maison changera encore deux fois de propriétaire. En 1985, un groupe d’hommes d’affaires de Boston rachète Steinway & Sons. Trois ans plus tard, elle célèbre son 135ème anniversaire et présente son 500 000ème piano lors d’un concert de gala au Carnegie Hall, qui sera suivi d’une tournée européenne. En 1996, sous son nouveau nom Steinway Musical Instruments Inc. et à presque 150 ans, l’entreprise est cotée à la bourse de New York. Quel parcours ! Mais ce n’est pas fini … en 2013, le célèbre fabricant de pianos est racheté par la société de gestion de placements Paulson & Co., dirigée par John Paulson. À propos des pianos Steinway, celui-ci affirme alors :  » Ils sont l’incarnation d’une culture et d’un art de qualité supérieure … Mon objectif est de les préserver et de m’assurer que leur prestige demeure, notamment en ce qui concerne la qualité des instruments. (…) »

Notez que les pianos Steinway & Sons ont la préférence de neuf pianistes concertistes sur dix ainsi que de nombreux professionnels et amateurs. Synonymes d’excellence, ces pianos font preuve, depuis 1853, d’un son, d’une expertise, d’un design et d’un investissement inégalés. Le saviez-vous ? Les bois sèchent et mûrissent pendant deux ans en moyenne avant de pouvoir être utilisés, et il faut encore presque une autre année pour obtenir le Steinway final. Chaque piano à queue et chaque piano droit Steinway & Sons est un chef-d’œuvre artisanal et une véritable œuvre d’art. Enfin, chaque Steinway se compose de plus de 12 000 pièces et possède son propre caractère musical, ce qui le rend aussi unique que la personne qui le joue. Unique … le terme est tout particulièrement approprié au nouveau piano Steinway & Sons lancé en 2019 : le « Lang Lang Black Diamond », un instrument exceptionnel spécialement conçu par le designer américain Dakota Jackson pour le pianiste virtuose Lang Lang. Au-delà de son design unique qui le distingue visuellement des pianos à queue de concert traditionnels, le « Lang Lang Black Diamond » est le tout premier piano Steinway & Sons à être équipé de la nouvelle technologie révolutionnaire Spirio R, qui permet d’enregistrer le pianiste puis de reproduire instantanément et à l’identique ce qui vient d’être joué. À Paris, les pianos Steinway & Sons sont visibles et disponibles dans l’élégant showroom de la marque, situé boulevard Saint-Germain dans le très chic 7ème arrondissement.

Visuel : Steinway & Sons

http://www.steinway.com

Un Commentaire

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *