Kusmi Tea

Kusmi Tea est une marque de thé, leader du thé premium en France. Entre tradition et modernité, elle propose de grands classiques, des mélanges historiques mais aussi d’incontournables thés bien-être ; des gammes différentes, donc, mais qui bénéficient d’un savoir-faire ancestral et de matières premières de qualité, sélectionnées avec une grande rigueur.

Rachetée en 2003 par Sylvain Orebi, Kusmi Tea est née en 1867 à Saint-Pétersbourg. Elle porte alors le nom de son fondateur, Pavel Mikhaïlovitch Kousmichoff. Fils aîné d’une famille paysanne parti à l’âge de 14 ans pour Saint-Pétersbourg afin de travailler chez un marchand de thé, Pavel Kousmichoff va s’y forger son expérience, développant d’étonnantes qualités tout en s’initiant aux secrets des mélanges de thés. En 1867, il quitte son patron pour s’installer dans la petite boutique offerte par celui-ci en cadeau de mariage. Rapidement, la Maison Kousmichoff s’impose et ses thés vont devenir les favoris des tsars ; « Bouquet de Fleurs N°108 » notamment, un mélange très délicat – associant le thé noir Earl Grey avec des agrumes et des fleurs – créé en 1880 par Pavel Kousmichoff en l’honneur de la naissance de sa première fille Elisabeth.

En 1907, Pavel Kousmichoff envoie son fils aîné Viatcheslav se familiariser avec le thé à Londres. Devenu un véritable spécialiste du thé et un homme d’affaires de talent, il ouvre la première succursale anglaise P.M.Kousmichoff & Sons au 11 Queen Victoria Street. Dix ans plus tard, la révolution russe ayant contraint la famille Kousmichoff à fuir la Russie, la Maison Kousmichoff installe ses ateliers à Paris, au 75 avenue Niel dans le 17ème arrondissement. Les années passant, l’entreprise prospère et ouvre des bureaux à New York, Hambourg ou encore Constantinople. En 1927, Viatcheslav Kousmichoff décide de s’installer à Berlin.

1946 : après le décès de Viatcheslav Kousmichoff, son fils Constantin prend la tête de l’entreprise familiale. Passionné par le thé, il n’est pas – cependant – un homme d’affaires. Progressivement, l’entreprise, déjà affaiblie par la seconde guerre mondiale, décline. Au bord de la faillite, elle est cédée en 1972. Dans les années qui suivent, la Maison Kousmichoff continue – avec peine – de commercialiser ses thés mais c’est une belle endormie tombée en désuétude que Sylvain Orebi rachète en 2003. L’idée : redonner à une vieille marque ses lettres de noblesse tout en la réinventant, choisir un positionnement alliant tradition et tendance, innover et bâtir sa communication autour d’un catalogue allégé et de nouveaux produits, dont les mélanges (comme les célèbres « Detox », « BB Detox » ou « Sweet Love ») de la gamme bien-être lancée en 2007.

Après deux années passées à rajeunir le packaging, la distribution, les boutiques et le marketing de la Maison de thé, puis encore quelques années à la relancer, Kusmi Tea est aujourd’hui un acteur clé du thé premium en France et dans le monde. Elle est distribuée dans 35 pays, propose 100 mélanges de thé et emploie plus de 600 personnes dans le monde. Ses ateliers de production et ses entrepôts logistiques, entièrement internalisés, sont situés près du Havre, ville précisément jumelée avec Saint-Pétersbourg, berceau de la Maison de thé !

Photo : Yann Maignan

http://www.kusmitea.com

3 Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *