« Les Constellations », la collection de Noël de Diptyque par Philippe Baudelocque

Comme chaque année, la Maison Diptyque dédie à l’hiver une édition éphémère. Disponible depuis le mois de novembre 2017, cette très belle collection de fin d’année rend hommage aux étoiles, grâce au talent de l’artiste Philippe Baudelocque. Un artiste formé à l’école des Arts décoratifs de Paris, passé par la scène graffiti des années 90, qui participe aujourd’hui au Lasco Project – initié par le Palais de Tokyo – invitant des artistes à déchiffrer de nouveaux espaces. Philippe Baudelocque qui s’est fait connaître par ses animaux cosmiques, a – pour Diptyque – dessiné des animaux mythologiques pour la première fois : un phénix, un dragon, une licorne. Des animaux fabuleux qui, au sein de leurs constellations éponymes, entrent en résonance avec une couleur, un parfum, pour donner naissance aux trois bougies parfumées et colorées de Noël de Diptyque.

L’art, le savoir-faire et le légendaire, ainsi, se sont unis pour créer des fragrances qui nous emportent vers le ciel étoilé, là où se forment les constellations, où se tissent nos rêves, où se révèlent des mystères bien gardés. Là où Diptyque et Philippe Baudelocque nous invitent au voyage … à la rencontre de la collection hiver 2017. Ou trois bougies d’exception en édition limitée, associées aux constellations du phénix, du dragon et de la licorne, baptisées « Larmes d’Encens », « Feu d’Agrumes » et « Forêt Givrée ». Découvrons-les, voulez-vous, … en commençant par « Larmes d’Encens » et son oiseau fabuleux, le phénix. Oiseau mythique dont l’origine se perd dans la nuit des temps, le phénix est l’archétype de la créature parfaite. Unique dans son espèce, il a le don de se régénérer lui-même. Lorsqu’il atteint l’âge de cinq cent ans, le phénix se construit un nid qu’il garnit de feuilles de laurier, de brins de nard doux, de morceaux de cannelle et de myrrhe nous dit Ovide dans les « Métamorphoses ». C’est là qu’il achève sa vie : ses ailes s’enflamment et lorsque la combustion prend fin, un nouveau phénix jaillit des cendres encore chaudes et odorantes. Parce qu’il se nourrit de résine d’encens – joliment comparée par le poète à des larmes – et du suc d’une rare plante aromatique, le phénix a inspiré à Diptyque ce merveilleux parfum d’encens et de myrrhe enrobé d’une cannelle ardente. Côté couleur, enfin, le bleu de la bougie symbolise l’azur, mais aussi l’immortalité de cet animal fabuleux.

Le dragon, lui, a inspiré la bougie « Feu d’Agrumes ». Animal mythologique, le dragon déploie ses ailes aussi bien sur le lointain Orient que sur l’Occident. On raconte que lors d’un combat, la déesse Athéna a attrapé un dragon par la queue, l’a fait tournoyer au-dessus d’elle, puis l’a envoyé se figer parmi les étoiles. Depuis, la constellation du Dragon s’enroule autour de l’étoile Polaire. Le dragon fut aussi le gardien du jardin des Hespérides où le breuvage parfumé des dieux, l’ambroisie, coule à l’abri d’un arbre fabuleux dont les fruits sont des pommes d’or tout aussi étincelantes que l’animal qui en a la garde. Ardent, le dragon laisse jaillir le feu, l’énergie de vie et de plénitude. La bougie « Feu d’Agrumes » est habillée d’or, de rouge et de noir pour rappeler le mariage du ciel rougeoyant, de la terre et de la clarté matinale. Le dragon cosmique est porteur de lumière, de chaleur. Oiseau et serpent, il a inspiré à Diptyque un parfum boisé adouci par une écorce d’orange jetée au feu. Orange sanguine d’Italie, bois fumé, cade et clou de girofle s’associent pour donner naissance à un effluve unique, à la fois chaud et vibrant.

Diptyque, enfin, nous présente la bougie « Forêt Givrée » et son animal merveilleux, la licorne. Comment ne pas penser alors à la célèbre tapisserie de la « Dame à la Licorne » – l’un des chefs d’œuvre de l’art occidental médiéval -, conservée à Paris au musée de Cluny ? Six tapisseries la composent, dont cinq représentant les cinq sens tandis que la sixième porte cette formule énigmatique : « À mon seul désir ». Au sein d’un jardin parfaitement agencé, orné de fleurs et d’arbustes symétriques, aux côtés d’une belle jeune femme se tient – toujours à sa gauche, du côté du cœur, des émotions – une licorne. Pour symboliser le sens de l’odorat, une gente dame est représentée en train de tresser une couronne de fleurs; à ses côtés, un singe respire le parfum d’une fleur. Clin d’oeil enchanteur du ciel, la constellation de la licorne contient une nébuleuse située à 2600 années-lumière appelée l’Arbre de Noël. La couleur verte choisie pour la bougie, elle, évoque les sylves enchantées et évanescentes de la mythologie médiévale, les senteurs vivifiantes des majestueux conifères. Des senteurs que l’on retrouve dans la fragrance de « Forêt Givrée », avec des notes d’aiguilles de sapin, de bois d’Hinoki, de menthe, …

Notez, enfin, que ces trois bougies de Noël sont également disponibles en plus petit format (70gr au lieu de 190gr), et qu’elles sont proposées réunies en coffrets. Rendez-vous sans tarder en boutiques et sur le site de la marque pour découvrir la magnifique collection « Les Constellations ». Les prix : « Larmes d’Encens », « Feu d’Agrumes », « Forêt Givrée », 30€ la bougie de 70gr et 60€ la bougie de 190gr; les coffrets, 88€ (les trois bougies de 70gr) et 176€ (les trois bougies de 190gr). Pensez-y pour Noël.

« Les Constellations », la collection de Noël de Diptyque par Philippe Baudelocque

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *