Le Printemps

Le Printemps est une enseigne française de grands magasins proposant un large choix de produits de marques dans les domaines de la mode, de la beauté et de la maison.

Inauguré en 1865, sous le Second Empire, le Printemps est un exemple majeur du patrimoine architectural français, un authentique chef d’oeuvre de l’Art Décoratif et sans aucun doute le plus bel ouvrage parisien dédié au commerce. Son fondateur, Jules Jaluzot, a non seulement une grande expérience du commerce – acquise dans les magasins de nouveautés parisiens, notamment Au Bon Marché – mais aussi de l’audace et un sens certain de l’anticipation. Quand il choisit de s’implanter au coin de la rue du Havre et du boulevard Haussmann, aux abords de Saint-Lazare, l’Opéra n’est qu’un vaste chantier et la proximité d’une gare n’enchante guère. Alors que certains n’y voient qu’un quartier excentré et poussiéreux, Jules Jaluzot, lui, parie sur son potentiel d’avenir.

Et l’avenir lui donnera raison … En véritable visionnaire, Jules Jaluzot fera du Printemps un magasin à la pointe de l’innovation : lancement du concept des « soldes » en 1866, développement de la vente par correspondance à l’international dès 1868 (au début du 20ème siècle, la VPC représentera 25% du chiffres d’affaires du grand magasin), création d »événements en magasin comme la célébration du premier jour du printemps à partir du 21 mars 1870 (un bouquet de violettes est offert ce jour-là à toutes les clientes du grand magasin), installation de deux ascenseurs en 1874, une innovation de taille qui va attirer les foules mais, surtout, qui permettra au Printemps de se développer vers le haut. Autre choix pionner, révolutionnaire même : en 1883, le Printemps adopte l’éclairage électrique tout juste mis au point par Thomas Edison et ce, six ans avant la ville de Paris. Équipé de 160 « foyers Jablochkoff » (nouvelles lampes à arc) et de 112 lampes à incandescence, le tout alimenté par une machinerie installée au sous-sol, le Printemps crée – une fois encore – l’événement.

À son ouverture en 1865, le Printemps est le premier grand magasin à proposer, au fil de ses 17 comptoirs, un assortiment complet pour l’habillement et la maison, tissus, bonneterie, mercerie, lingerie, meubles … des produits fidèles au slogan de la Maison : « Au Printemps, tout y est nouveau, frais et joli comme le titre : Au Printemps ! ». Doté d’un grand sens de la communication, Jules Jaluzot met ainsi le client au coeur des préoccupations de chacun. Très attaché à la qualité de son offre – proposée à des prix raisonnables – mais aussi à sa diversité, le Printemps touche une clientèle de plus en plus large. En 1878, l’enseigne lance un premier rayon de confection pour homme. En 1881, elle crée un nouveau service en installant au sein du grand magasin un atelier particulier pour Madame Barutel, la couturière attitrée du Tout-Paris. À la tête du rayon des robes, elle conçoit des modèles finis qu’elle propose aux femmes, outre les étoffes. En 1884, c’est au tour de la parfumerie de faire son entrée dans le grand magasin avec ses propres fragrances telles que « Extra-Printemps » et « Paris-Printemps ». Puis arrivent les chaussures pour femme, notamment les « Paris-Lux » portant la griffe du Printemps.

Des clients que l’enseigne suit dans leurs déplacements. En 1912, alors que les loisirs et les voyages se développent, les classes les plus aisées s’installent à Deauville pour la saison balnéaire et le Printemps prend ses quartiers d’été au sein d’une authentique maison normande. Ouverte exclusivement l’été, cette nouvelle adresse est la première d’un longue série de magasins qui, petit à petit, vont ouvrir en province d’abord. L’enseigne parisienne va, en effet, inaugurer de nouvelles succursales ou annexer des magasins pré-existants comme, en 1928, « La Boule d’Or » au Havre, « La Providence » (rebaptisée « Printania ») à Rouen ou « Les Galeries Lilloises » en 1929. Déterminé à se rapprocher encore davantage de sa clientèle, le grand magasin la suit tout au long de ses voyages; en 1962, deux petits Printemps ouvrent leurs portes, l’un dans la galerie marchande de l’aéroport d’Orly et l’autre à bord du paquebot « France ». En 1964, l’enseigne s’installe dans l’est parisien à Nation puis, quelques années plus tard, dans les centres commerciaux – situés à l’ouest de Paris – Parly 2 et Vélizy 2. Dans les années 80, le Printemps prend une dimension internationale par le biais de magasins affiliés : 4 au Japon, 1 à Singapour, 1 à Kuala Lumpur, en Arabie Saoudite, aux États-Unis (Denver). À chaque fois, l’offre est adaptée, entre rayonnement français, dont le Printemps est un ambassadeur privilégié, et besoins ou envies spécifiques à la clientèle locale. Enfin, c’est une nouvelle phase de développement en France qui s’ouvre en 2014 avec l’inauguration du Printemps du Louvre, premier grand magasin dans le monde à s’associer à un musée puis d’un second Printemps à Marseille, au sein du centre commercial « Les Terrasses du Port ».

Plus qu’un magasin, le Printemps est un véritable lieu de rencontre entre la mode, l’innovation et l’art. Premier grand magasin à avoir participé aux expositions universelles de 1878, 1889 et 1900, le Printemps permet très tôt au grand public d’accéder à l’art y compris à l’art de la haute couture : en accueillant en son sein, dès 1912, l’atelier d’art Primavera, des expositions, des collections exclusives créées pour le Printemps par de grands couturiers (Paul Poiret en 1933, Pierre Cardin en 1962, Christian Lacroix en 1997), collaborations diverses, animations, événements, happenings, etc. avec de grands Maisons de mode et du luxe … Tout au long du développement de l’enseigne, l’élégance est au rendez-vous. C’est d’ailleurs ce que le Printemps va affirmer avec force en 1919 avec son nouveau slogan, »Toute femme élégante est cliente du Printemps ». Il le démontrera d’ailleurs régulièrement : lancement en 1922 de l’atelier de création pour enfants Primerose (une maison de couture réservée aux enfants où retrouver une élégance et un art de vivre aussi sélectifs que pour les adultes), naissance, en 1930, de la griffe Brummell avec laquelle le Printemps va inventer le prêt-à-porter masculin, inauguration en 1973 de la « Boutique Noire », une boutique éphémère dédiée aux cadeaux de Noël et en 1978 d’une « Rue de la Mode » accueillant des griffes de créateurs telles que J.C Castelbajac, Cerruti femmes, Courrèges, Christian Dior, Louis Féraud, Daniel Hechter, Kenzo, Lanvin, Ted Lapidus, Guy Laroche, Synonyme de Georges Rech, Torrente, Stéphane Kélian …, inauguration également, en 2011, de « La Belle Parfumerie ».

L’élégance ainsi que l’innovation, le service, le partage et le patrimoine sont ancrées dans l’ADN du Printemps. Aujourd’hui, elles continuent de guider chacun des choix de l’enseigne. Détruit à deux reprises, en 1881 et en 1921, par un incendie, le Printemps a su renaître de ses cendres et se positionner toujours au plus près des attentes de ses clients. Prescripteur de tendances, découvreur de talents, précurseur d’art de vivre, résolument parisien et international à la fois, le Printemps – qui fête ses 150 ans en 2015 – a tout l’avenir devant lui.

https://www.printempsfrance.com/

Un Commentaire

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *