Chloé

Chloé est une marque française de prêt-à-porter et d’accessoires de luxe, au style empreint de légèreté et ultra-féminin – à la fois romantique, bohème et ponctué de touches rock et glamour -, pensé pour des femmes modernes, indépendantes, à la personnalité bien affirmée ; une Maison – entre mode et haute couture – créée par une femme, Gaby Aghion, en 1952 avec l’idée d’offrir aux femmes la liberté d’être elles-mêmes.

Née en Égypte à Alexandrie, Gabriella Hanoka s’installe à Paris avec son époux Raymond Aghion en 1945. Les Parisiennes – alors – arborent des tenues très structurées … la jupe crayon, le petit tailleur ajusté, la robe Corolle (Christian Dior), … Un style à l’opposé de la vision de la mode de Gaby Aghion, loin des diktats de l’époque. En 1952, elle crée sa première collection et fonde Chloé, une des toutes premières Maisons de prêt-à-porter de luxe. Mais aussi une véritable alternative au chic rigide de la haute couture, offrant un vestiaire élégant et moderne tout en silhouettes décontractées, coupées dans des tissus de haute qualité, et rehaussées de détails soignés. Associée à l’homme d’affaires Jacques Lenoir depuis 1953 et amie des artistes de la rive gauche, Gaby Aghion – décidément avant-gardiste – organise le premier défilé Chloé en 1957 au Café de Flore, à Paris. À partir de ce moment, et jusqu’au milieu des années 60, les défilés de la Maison se dérouleront dans des cafés de la rive gauche, là où la révolution culturelle de l’époque bat son plein.

Recruté en 1958, Gérard Pipart est le premier designer de talent auquel Gaby Aghion va confier le soin de développer sa vision. D’autres créateurs rejoindront la Maison sous la direction artistique de la fondatrice, dans les années 60, tels que Maxime de La Falaise, Michèle Rosier, Graziella Fontana, Karl Lagerfeld. Particulièrement prolifique, avec toujours plus de croquis et d’idées nouvelles, Karl Lagerfeld – entré chez Chloé en 1964 – en devient le designer exclusif en janvier 1975. En avril de la même année, il lance son premier parfum avec Chloé (« Chloé »), une fragrance florale et féminine dont le succès est immédiat. Avec ses robes de soie floues à empiècements de dentelle, qui – dans les années 70 – célèbrent un romantisme féminin et insouciant, ses blouses vaporeuses, ses longues jupes fluides, ses imprimés exclusifs, …, Karl Lagerfeld marquera fortement de son empreinte la Maison Chloé ; une Maison devenue emblématique qu’il va quitter en 1984, puis retrouver en 1992 pour y rester 5 ans.

Au début des années 80, la mode devient un terrain de jeu où s’expriment les inspirations les plus diverses. Les collections, conçues autour d’un thème majeur, sont mises en scène dans des défilés spectaculaires. Les mannequins dansent et virevoltent sur les podiums, faisant de ces événements de véritables spectacles. Après le départ de Karl Lagerfeld en 1984, plusieurs créateurs – Guy Paulin notamment – vont se succéder afin de le remplacer. En 1987, Chloé arrête enfin son choix et nomme Martine Sitbon à la direction de la création. Pendant 5 ans, aux commandes de la Maison, elle va créer des collections tout en subtilité, qu’elle nuance de références au costume masculin et d’allusions à l’univers flamboyant du cabaret. Elle est remplacée en 1992 par Karl Lagerfeld.

De retour chez Chloé, donc, Karl Lagerfeld s’inspire aussi bien du classicisme que de la pop culture. Ses collections pleines d’énergie et d’humour sont incarnées sur les podiums par les top-models des années 90, telles que Linda Evangelista, Christy Turlington, Kate Moss, Naomi Campbell, … Puis c’est Stella McCartney qui reprend les rênes, en 1997, de la Maison en tant que directrice de la création. Âgée de 25 ans – et tout juste sortie de l’école Central Saint Martins – elle est la plus jeune créatrice jamais recrutée par Chloé. Sous sa direction, Chloé adopte une attitude plus sexy et rock’n’roll. La créatrice anglaise mêle le romantisme et l’énergie de la rue dans un mix inédit de lingerie vintage, tailleurs-pantalons bien coupés, t-shirts imprimés, et pantalons taille basse, qui ensemble forment la signature de la marque. les éléments qui forment rapidement une signature Chloé. Grâce à Stella McCartney – qui marque le retour de la jeunesse, de l’insouciance et du glamour chez Chloé -, la griffe va séduire une nouvelle génération de femmes. Lors de son départ, en 2001, c’est Phoebe Philo, son bras droit et amie, qui lui succède et endosse le rôle de directrice de la création. Sous son impulsion, la marque se lance dans la maroquinerie (2002) avec une ligne de sacs, de petite maroquinerie et de chaussures. Véritable succès, le sac « Paddington » (2005) – avec ses proportions oversized, son cadenas XXL et son esprit « bagage » – sera le tout premier « it bag » de l’industrie de la mode. Forte de cette nouvelle énergie, Chloé lance en 2006 des chaussures à semelle compensée, un modèle cool et féminin évoquant les années 70, lui aussi signature de la marque. Cette même année, Phoebe Philo quitte Chloé. Elle est remplacée un temps par Paulo Melim Andersson puis par Hannah MacGibbon, de 2008 à 2011.

Le début des années 2010 est marqué par l’arrivée de Clare Waight Keller (2011). Sous sa direction, l’allure de Chloé continue de se moderniser, avec des silhouettes séduisantes ancrées dans un confort sophistiqué et une aisance synonyme de liberté. Parfait équilibre entre fluidité, féminité et touches « boyish », la collection inaugurale de la nouvelle directrice de la création donne alors le ton des saisons à venir. Cette décennie, c’est aussi l’entrée dans la liste des classiques de Chloé de nouveaux accessoires iconiques comme les sacs « Marcie » (2010) ou « Drew » (2013), … Partie en 2017, Clare Waight Keller aura apporté une réelle bouffée d’air frais chez Chloé et, selon les termes du PDG Geoffroy de la Bourdonnaye, « (…) participé au rajeunissement de l’héritage de Gaby Aghion, la première femme Chloé, en infusant dans la garde-robe un souffle de coolitude et de simplicité (…) ». Pour lui succéder, la marque a nommé Natacha Ramsay-Levi en avril 2017. Proche de Nicolas Ghesquière avec qui elle a collaboré pendant 11 ans chez Balenciaga avant de devenir son bras droit puis la directrice créative de la Maison, elle l’a rejoint en 2013 chez Louis Vuitton. En tant que directrice de la création du prêt-à-porter, de la maroquinerie et des accessoires Chloé, elle s’inscrit depuis 2 ans – avec énergie – dans l’héritage de la Maison française, faisant perdurer l’essence du style Chloé tout en apportant une touche résolument moderne.

Marque phare du groupe de luxe Richemont, Chloé sublime l’allure des femmes avec chic et naturel, élégance et assurance, simplicité et décontraction, désinvolture et liberté. Quant à See by Chloé – sa ligne bis, tout aussi créative mais plus accessible, lancée par Phoebe Philo en 2002 -, elle décline ses codes avec insouciance et glamour sur des silhouettes ultra-féminines et dans l’air du temps.

Visuel : Chloé

http://www.chloe.com

Marque mise à jour le 21 juillet 2019

9 Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *