Bourjois

Bourjois est une marque française de maquillage, cosmétiques et parfums fondée en 1862 à Paris, par un comédien, Joseph Albert Ponsin. Ses premières créations sont des sticks de fards gras aux teintes très variées et aux noms amusants – « Jaloux », « Amoureux », … – qu’il fabrique dans son appartement pour le théâtre. Sa palette de maquillage s’étend rapidement. La finesse et la variété de ses fards lui attirent un succès qui dépasse alors le cadre des acteurs et actrices des théâtres des grands boulevards. Le titre « Fournisseur des Théâtres » figurant sur les boîtiers cède sa place à la « Fabrique Spéciale de Produits pour la Beauté des Dames ».

En 1863, il met au point le procédé spécifique des fards cuits – un savant mélange de poudre, de nacres et d’eau, versé dans des moules bombés et passé au four – permettant d’obtenir une texture poudrée très fine pour déposer un voile de couleur sur la peau. Présentés dans de petites boîtes rondes colorées, ces fards secs sont une véritable innovation alors que tous les fards sont gras à l’époque.

1868 : l’activité de la « Fabrique Spéciale de Produits pour la Beauté des Dames » est reprise par Alexandre Napoléon Bourjois. En 1879, il lance la poudre de riz de Java, un produit destiné à éclaircir le teint et velouter la peau que les femmes adoptent immédiatement, dans de nombreux pays. Un produit qui va contribuer à donner une dimension internationale à la marque au fil des années. Notez qu’il se vendra 2 millions de boîtes de poudre de riz de Java dans le monde en 1897 et que les mentions portées sur le produit figurent alors en 5 langues. Fards à joues, fards à paupières, poudre de riz, vernis, rouges à lèvres, tablettes indiennes ancêtres du mascara, mais aussi « extraits de parfum pour le mouchoir », « sachets parfumés à glisser dans les pantoufles », dentifrices, lotion pour les cheveux, « pommade hongroise » pour fixer la moustache, … À cette époque, le catalogue de la Maison Bourjois compte plus de 700 références.

1898 est une année importante pour Bourjois. Ernest Wertheimer rencontre Émile Orosdi, associé à l’affaire et entre dans le capital (à hauteur de 50%). Plus tard, ses fils – Paul et Pierre Wertheimer – entreront dans la société, la développeront et lui donneront son rayonnement international, ouvrant des filiales partout dans le monde – notamment la société Bourjois Inc qui sera créée aux États-Unis dans les années 1910. Quelques années plus tard, en 1924, ils s’associeront avec Gabrielle Chanel lors de la création de l’entreprise Les Parfums Chanel pour la fabrication du parfum N°5. Les Wertheimer, d’ailleurs, rachèteront la Maison de couture Chanel en 1954.

Cette même année, Bourjois crée « Mon Parfum » puis, 4 ans plus tard, l’iconique « Soir de Paris », une fragrance ambrée, fleurie et épicée, composée par le parfumeur Ernest Beaux, se lovant dans un flacon bleu nuit que les collectionneurs s’arrachent aujourd’hui. Avec « Soir de Paris », le luxe de la bourgeoisie devient accessible aux classes moyennes qui se développent dans les années 1930. Dès lors, Bourjois va éditer des centaines de coffrets « Soir de Paris », adaptés à tous les budgets. Des coffrets proposant une offre complète pour la beauté des femmes, dans des présentations très originales, comme ce coffret musical créé en 1958, qui égrène « Étoile des neiges » quand on le remonte.

Au fil des années, Bourjois va créer des produits malins et féminins qui simplifient la beauté ; des produits innovants, tendance, imaginés pour rendre le chic parisien accessible à toutes, destinés à des femmes actives, modernes, indépendantes, et désireuses d’affirmer leur personnalité sans contrainte. Des produits à la fois beaux et ingénieux, comme « Coup de Théâtre », le premier mascara à double embout, ou l’ombre à paupières « Suivez mon regard », dont le boîtier malin enferme la poudre libre et délivre la juste dose directement sur le pinceau intégré, … Ou encore les fards pastels – créés par Bourjois en 1914 – qui vont révolutionner le maquillage. Dans leur iconique petite boîte ronde, ces fards sont de véritables concentrés de féminité que les « beauty-addicts » comme les collectionneuses s’arrachent. Aujourd’hui encore, ils représentent la signature distinctive de la marque.

Chez Bourjois, les équipes – à 90% des femmes – collaborent pour concevoir des produits de qualité et proposer des innovations performantes tout en conservant des prix accessibles. À la base de ce travail, une charte de qualité et des exigences pour garantir une sécurité maximale aux consommatrices, prouver la performance des produits Bourjois via différentes méthodes, et mettre en œuvre des contrôles systématiques de chaque fabrication … et ce, afin d’atteindre le zéro défaut, notamment dans la reproduction exacte des couleurs, qui est au cœur du savoir-faire de Bourjois.

Un savoir-faire passé sous pavillon américain en 2015, après que le groupe de luxe Chanel (groupe Wertheimer) se soit séparé de Bourjois dans le cadre d’une transaction par échange de titres avec le groupe américain Coty (également d’origine française). Marque grand public vendue dans le circuit de la grande distribution, Bourjois poursuit son expansion, en France notamment avec de nouveaux looks, de nouveaux produits, …, sous la houlette de Joséphine Bouchereau nommée make-up artist pour la France en septembre 2017.

Visuel : Bourjois

http://www.bourjois.fr

Marque mise à jour le 3 août 2019

8 Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *